logo facebook

12 mars 2020

Atelier Rencontre 21 mars 2020 Hendaye

Aller à l'article

12 février 2020

Assemblée générale - 19 février 2020

Aller à l'article

18 septembre 2019

27 septembre 2019 - Ciné conférence "Histoire d'Orques" à Capbreton

Aller à l'article

Science

Actu science

Sortie en mer du 15 mai 2016 et échouage d'un cachalot

Cachalot échoué à Saint-Jean-de-Luz.

Un évènement un peu particulier vient rythmer notre sortie en mer de ce dimanche, une baleine échouée a été signalée à la crique de la pile d’assiette à Saint-Jean-de-Luz. Inaccessible de la terre, nous allons donc nous approcher en bateau pour prendre quelques clichés et au moins identifier l’espèce.

Après avoir avertit nos passagers nous quittons le quai et la baie de Saint-Jean. Une nouvelle surprise nous attend dès la sortie du port, vent et houle sont aussi au rendez vous malgré les bonnes prévisions météos annoncées. C’est donc sous une mer formée que nous coupons la houle pour nous approcher de la pile d’assiette. Trop secoués par la houle nous avons que quelques instants pour apercevoir l’animal et prendre quelques clichés avant de changer de cap pour le large en espérant que l’horizon soit plus calme...

Nous partons donc vers le gouf et prenons le temps de visionner les photos de l’animal, il ne s’agit pas d’une baleine mais d’un cachalot mâle ! Nous savons que les cachalots fréquentent les fosses du Gouf où les fosses de 3000 m leur offre leur proie de prédilection, les céphalopodes de grandes tailles et plus précisémment les teutohénia sp. Les échouages de cachalot sont rares dans notre région et donc très important pour les données scientifiques. C’est également le signe que des cachalots sont présents dans notre région.

Nous sommes donc aux aguets, recherchant le moindre souffle trahissant la présence des grands plongeurs. Malheureusement la météo ne joue pas en notre faveur. Malgré un ciel dégagé le vent persiste engendrant sous son passage quantité d’écumé et une mer agitée qui brouille toutes nos écoutes du matin. À cela il nous a fallu jouer avec une vingtaine de plaisancier, pêcheur der merlu qui ont profité de l’absence des marins professionnels pour plonger leur lignes. C’est donc des bruits de moteurs que nous enregistrons dans toutes les directions à chaque immersion de notre hydrophone !

La matinée s’écoule avec aucune vocalise et des yeux fatigués attirés par l’écume et les ombres formés sous le vent persistant.

Après une pause déjeuner bien méritée, nous persévérons et tentons une nouvelle écoute à l’hydrophone et cette fois ci nous enregistrons des vocalises de grands plongeurs, baleine à bec ou cachalot ? Impossible pour nous de le définir à l’oreille, nous sommes trop peu habitués à ces vocalises mais peu importe nous devons prendre une décision, devons couper le moteur et patienter en espérant que l’animal remonte à la surface ou suivons nous la direction indiquée par notre parabole. Nous coupons la poire en deux et décidons de naviguer pendant 1 mile nautique et d’immerger à nouveau notre hydrophone. Chose que nous faisons, nous captons mais cette fois ci la direction indiquée change le cap de 90°. D’après notre écoute les vocalises semblent émises par un individu isolé nous savons donc qu’il sera difficile pour nous de le trouver, la durée d’une plongée de cachalot étant de 45 min ! Nous suivons donc le nouveau cap mais malheureusement nous n’observons aucun souffle et l’heure tardive nous oblige à reprendre notre transect en direction de la côte.

Notre probabilité d’observation sur les deux dernières saisons étant de 80 %, cela signifie malheureusement que certaines fois nos sorties sont infructueuses. Nous le savons mais c’est toujours difficile pour nous qui souhaitons offrir le privilège d’une rencontre avec des cétacés à nos passagers.

Sur le retour, nous observons des badauds à côté du cachalot échoué. L’animal est donc accessible de la terre. Nous proposons à nos passagers de nous accompagner sur le cachalot échoué. C’est beaucoup moins jovial mais c’est une opportunité pour nos passagers. C’est donc avec une partie de l’équipage que nous nous rendons sur l’animal pour effectuer les biométries inhérentes au protocole d’échouage.

Nos partenaires

Logo du CPIE divttoral Basque.
Logo de l'association Itsas Begia.
Logo d'Explore Océan.
Logo de la fondation Nature et Découverte.

Devenir partenaire