logo facebook

12 mars 2020

Atelier Rencontre 21 mars 2020 Hendaye

Aller à l'article

12 février 2020

Assemblée générale - 19 février 2020

Aller à l'article

18 septembre 2019

27 septembre 2019 - Ciné conférence "Histoire d'Orques" à Capbreton

Aller à l'article

science

Actu science

Échouage en masse de Cachalot

Cachalot échoué dans le pas-de-Calais en février 2016.
Cachalot échoué dans le pas-de-Calais
en février 2016

Le grand cachalot est une des espèces dont l’aire répartition est la plus étendue. Ils sont présents sous quasiment toutes les latitudes. Ces animaux emblématiques, longtemps chassés, et rares privilégiés à sonder les abysses, gardent bons nombres d’énigmes. Bien que connue comme étant une espèce migratrice les mouvements des cachalots ne sont pas clairement définis. Il semblerait toutefois que seul les grands mâles effectuent de grande migration annuelle (ou non). De récentes études génétiques ont également montrées des échanges d’individus à travers tout l’Atlantique. Les femelles et les juvéniles étant d’avantage sédentaires. La migration des mâles pourrait s’expliquer pour éviter une compétition alimentaire avec les femelles et pour favoriser le brassage génétique.

Cet hiver fut marqué par l’échouage en masse exceptionnel de Cachalot le long des côtes, allemande, Néerlandaise, Britannique et Française (voir la carte des échouages). Selon les structures compétentes étant intervenues dans chaque état, il s’agirait d’animaux qui se sont égarés lors de leur migration annuelle du Nord vers le Sud.

Perdus en Mer du Nord, ils auraient eu des difficultés pour se repérer, de part les fonds sableux rendant leur sonar moins performant. Il est cependant important de considérer qu’il est très difficile d’émettre des certitudes sur ces évènements. Rappelons également que des sous marins Russes ont été signalés en mer du Nord pendant cette période. Des essais militaires auraient ils pu désorienter les animaux ? Difficile de répondre à cette question. L’examen de l’oreille interne de l’animal, organe indispensable pour l'écholocation et donc l’orientation des animaux, n’est efficace que lorsque le décès de l’animal est inférieur à 48h environ. Or certains individus se sont échoués vivants et d’autres morts. Les cétacés sont également très bien adaptés à leur environnement. L’hypothèse précédente est justifiée car les cachalots utilisent la réflexion du son sur un obstacle (proie ou fond marin) pour analyser les images. Les fonds sableux ont des propriétés de réflexion du son moindre par rapport aux roches. Ils absorbent une partie de l’onde sans la réfléchir ce qui diminue l’efficacité du sonar et a donc pu contribuer à la désorientation et l’échouage des animaux.

Écholocation des cétacés.
Écholocation

 

Source

Photo de l'échouage d'un cachalot.
Photo de Willy Dabin (Observatoire PELAGIS). Merci à PELAGIS de nous avoir autorisé à utiliser cette photo.

Animation d'écholocation.
Réalisée par Malene Thyssen, sous licence CC BY-SA 3.0.

 

Nos partenaires

Logo du CPIE divttoral Basque.
Logo de l'association Itsas Begia.
Logo d'Explore Océan.
Logo de la fondation Nature et Découverte.

Devenir partenaire