logo facebook

12 mars 2020

Atelier Rencontre 21 mars 2020 Hendaye

Aller à l'article

12 février 2020

Assemblée générale - 19 février 2020

Aller à l'article

18 septembre 2019

27 septembre 2019 - Ciné conférence "Histoire d'Orques" à Capbreton

Aller à l'article

Qui sommes-nous

Dans la plupart des échouages, les animaux arrivent morts (95% des cas) sur la plage après un temps plus ou moins long de dérive en mer. Il est important de considérer que seulement 10 % environ des animaux morts en mer s’échoue sur nos côtes. Les causes des échouages de cétacé sont multiples et souvent très compliquées à déterminer.

La mort et l’échouage d’un cétacé peuvent être liées à des causes naturelles tel que la sénescence de l’individu ou encore diverses pathologies pouvant être liées à l’infection par des bactéries, virus, parasites ou encore des tumeurs. Il peut également s’agir d’individus juvéniles qui ont été isolés de la mère et se retrouvent incapables de se nourrir ou sont totalement désorientés et finissent par s’échouer.
Des causes anthropiques peuvent également être à l’origine d’un échouage :

  • capture accidentelle par des marins pêcheurs : Les cétacés se nourrissent des mêmes poissons que les hommes, ils chassent donc naturellement sur les mêmes zones que les pêcheurs ce qui conduit à des accidents et des captures accidentelles. Ces évènements sont très fréquents pendant la période hivernale. Il ne s’agit pas d’incriminer les marins professionnels qui sont dans la très grande majorité des cas bien ennuyés par ces captures. Une question se pose néanmoins : pourquoi sur des groupes de plusieurs dizaine d’individus, seul un faible nombre voir un seul animal se fait prendre dans les filets ? Il existe peut-être d’autres raisons, en amont, qui explique qu’un animal aussi performant dans l’eau se laisse prendre par le filet (animal affaiblit par rapport au reste du groupe, jeune non encore adapté à la chasse, etc.).
  • Pollution environnementale directe par les hydrocarbures ou indirecte par diverses contaminants. Les cétacés sont des prédateurs supérieurs. Ils se situent au sommet du réseau trophique et accumulent donc tous les contaminants présents dans le réseau. Il y a globalement un facteur 10 entre chaque maillon de la chaîne alimentaire, c’est pourquoi les cétacés présentent de fort taux de contaminants (pesticides, metaux lourds,...). Ces substances sont des immunodépresseurs et fragilisent les individus qui contractent ensuite plus facilement des pathologies.
  • Macrodéchets : ingestion de déchets non digérables qui peuvent obstruer le système digestif.
  • Collision : l’important trafic maritime dans certaine région y compris sur le Gouf de Capbreton peut engendrer des collisions entre les cétacés et les navires. C’est essentiellement valable pour les grands cétacés. Des coupures d’hélices sont aussi constatées chez les petits cétacés.
  • Sonar militaire : les cétacés utilisent le son pour communiquer mais aussi pour se repérer dans leur environnement. Les essais militaires peuvent causer directement des échouages, lorsque la source d’émission est proche ou l’intensité du son importante en perforant les tympans des cétacés mais aussi indirectement en brouillant la réception des sons émis par les mammifères marins qui sont alors incapables de se repérer et s’égarent dans des zones qui peuvent parfois les amener à l’échouage.

Les biologistes d’Itsas Arima sont membres du Réseau National d’Echouage (RNE) qui est coordonné par l’équipe de PELAGIS de La Rochelle, leur permettant d’intervenir, à ce titre, sur les mammifères marins échoués sur les plages du Pays Basque et du sud des Landes.

Qu’est ce que le RNE ?

Logo de PELAGIS.
Logo de PELAGIS

Le RNE est un réseau national coordonné par l’équipe de l’Observatoire PELAGIS de l’Université de La Rochelle (sous la tutelle du Ministère chargé de l’Environnement). Il est constitué de correspondants locaux bénévoles formés préalablement par PELAGIS pour intervenir sur les mammifères marins échoués. Les mammifères marins étant des espèces protégées, une autorisation est nécessaire, chaque membre du RNE est donc détenteur de la carte verte qui les autorise à manipuler les mammifères marins et à transporter des prélèvements biologiques à des fins scientifiques. Toute intervention sur des mammifères marins échoués sans cette accréditation est punie pas la loi française.

A quoi sert le RNE ?

Les objectifs du RNE :

  1. Collecter des données sur tous les animaux échoués afin d’acquérir des informations sur la dynamique et l’état de santé des populations des mammifères marins sur l’ensemble du territoire national. Diverses études peuvent être conduites à partir des prélèvements effectués : régime alimentaire, structure des populations, toxicologie...
  2. Intervenir sur les animaux en détresse.
  3. Informer le public.

Une quinzaine d’espèces de cétacés fréquentent le littoral aquitain, les côtes basco-landaises représentant environ 30 % des échouages nationaux. La collecte d’information sur les animaux échoués est importante et constitue aujourd’hui l’essentielle de l’information sur les espèces de la façade Atlantique.

Si vous êtes témoin de l’échouage d’un mammifère marin (vivant ou mort) vous devez :

  1. Contactez au plus vite Pelagis au 05.46.44.99.10 qui préviendra les intervenants locaux et coordonnera les actions. Vous pouvez aussi appeler les pompiers ou la mairie qui transmettra l’information au RNE. Pour les échouages dans le sud des Landes ou le Pays Basque (entre Soustons et Hendaye) vous pouvez aussi nous appeler au 06.52.77.43.31, nous transmettrons directement l’information.
  2. Ne touchez pas l’animal, qu’il soit mort ou vivant, par risque de blessure et de contamination bactérienne ou virale. Dans le cas d’un animal échoué vivant, les animaux sont en état de stress intense, il faut donc maintenir un périmètre de sécurité pour empêcher le public de s’amasser autour de l’animal afin de ne pas accroître son stress inutilement.
  3. Attendre les personnes qualifiées (correspondants du RNE ou service de secours locaux).

Dans le cas d’un animal mort, il vous sera surement demander par téléphone l’état de décomposition de l’animal, plusieurs critères permettent de déterminer cet état : perte et couleur terne de la peau, oeil non vitreux, carcasse gonflée, présence d’insectes etc.

Pour la suite des évènements, suivez les indications expliciter plus haut et surtout ne touchez pas l’animal, attendez l’arrivée des personnes qualifiées.

Que fait Itsas Arima sur un animal échoué ?

Lors d’un échouage d’un animal mort, les correspondants tels que les membres accrédités d’Itsas Arima récoltent un grand nombre de données importantes pour le suivi des espèces fréquentant le littoral français.

Fiche échouage pour Dauphin.
Fiche échouage pour Dauphin
Fiche échouage pour Phoque.
Fiche échouage pour Phoque

Nos partenaires

Logo du CPIE divttoral Basque.
Logo de l'association Itsas Begia.
Logo d'Explore Océan.
Logo de la fondation Nature et Découverte.

Devenir partenaire